#bioexplorateur
#biomotorisé
#biomotorisé
#bioexplorateur
#bioexplorateur
#biomotorisé
#bioexplorateur

Témoignages

Bastien MYARD

Témoignage suite à son adhésion au Codever (janvier 2018)

Madame, Monsieur,

Etant maintenant membre du Codever, je vais rapidement me présenter.


Pour résumer, j'apprécie les machines munies de roues: mon métier, conducteur routier- mes loisirs, le VTT et parfois le quad. A première vue je ne semble pas très préoccupé par l'environnement au volant de mon camion, et avec ma voiture diesel (heu-la-la !). Pourtant j'y accorde de l'importance: je trie mes déchets avec soin, je ne consomme pas à outrance et je ne supporte pas le gaspillage.


Lors de mes sorties VTT autour de mon village, je constate d'année en année que certains chemins, autrefois praticables, deviennent envahis -par la végétation. On découvre également des corridors de ronces et de jeunes arbres, vestiges de chemins disparus. Notre terrain de jeu se réduit peu à peu. Notre patrimoine disparaît.


Le coupable : personne. Justement, personne n'utilise ces chemins qui tombent dans l'oubli. J'ai toujours vécu dans ce village du Cher et je compte bien y acheter une maison tôt ou tard. J'ai donc pour ambition de maintenir en état le maillage des chemins sur ma commune. Un combat désespéré, peut-être car je ne rencontre personne lors de mes sorties. Suis-je le seul habitant du village concerné ? Peu importe, je travaillerais pour ma satisfaction personnelle.


En devenant membre du Codever, je rends officiel mon combat. Je me mets à disposition des autres adhérents qûi proposent des chantiers sur leur périmètre. C'est avec plaisir et fierté que je participerais à la réouverture d'un chemin, même si je n'y poserais jamais les roues de mon vélo.


Enfin, faire partie du Codever, c'est aussi exprimer une colère. On nous installe des barrières sur bon nombre de chemins pour, soit disant, préserver la nature et le calme des promeneurs. Résultat : l'arrêt de la circulation a pour conséquence la dégradation des chemins et le retour de la végétation indésirable, mais on ne voit pas plus de marcheurs... Je suis convaincu que seul le passage des véhicules suffit à empêcher la prolifération des herbes (pas de coupe, pas de désherbant). Mais dit comme ça, cela ne fait pas très«écolo».

A bientôt dans les compte-rendu de chantiers. Merci à l'équipe de Codever, ainsi qu'aux bénévoles.

Toutes les actus sur le terrain

Contact
Nom :
Prénom :
E-mail :
CP :
Ville :
Particulier
Professionnel
Autre
VOUS PRATIQUEZ :
4x4
Equitation
Moto
VTT
Quad
Randonnée
Autre
Objet :